Afzender: E. Roose, Havre
Geadresseerde: Télésphore Buyssens

 

Monsieur

En possession de votre lettre de ce jour, et apprenant que vous êtes à Calais, malgré la bonne souvenance des quelques moments très agréables, passés avec votre dame, ainsi que vous, j’ ai le regret de vous dire que je ne connais rien comme logements de ce genre. Ce sera je pense très difficile à trouver au Havre étant donné l’ affluence de monde qui s’ y trouvent.
Les logements en deviennent très rares, surtout avec cuisine.

De mon côté j’aurais désiré vous être agréable mais sur la masse de monde que nous avons ici, j’ ai transformé ma maison en chambre meublées et tout est plein, pas une petite place, ne fure que pour quelques jours.
Peut- être à Graville ces dames aurant plus de chance.
Je comprends que c’ est bien malheureuse d’ être exilé de son pays, mais tout le monde ont à souffrir de cette guerre. Nous- autres qui ne sommes pas dans un pays envahis, nous avons en beaucoup a souffrir de l’ explosion de Granville, étant donné que j’ ai une maison située a cette endroit, et qui reste pour tout bien, les quatre murs; tout cela est bien malheureux pour tout le monde.
Dans l’ espoir que ma lettre vous trouvera en bonne santé, ainsi que votre fils et dame, recevez, Monsieur, de ma part, et de celle de ma fille, nos meilleurs salutations pour vous ainsi qu’ à votre dame.

E . Roose

n.b .
Mr. Mommaers n’ est plus au Havre.